Le secrétaire général de la ligue des jeunes de l’UDPS et entrepreneur de son état, Ted Baleshayi a, au cours d’une interview accordée à Actu30.Info, appelé les élus nationaux à pouvoir agir en urgence pour approuver le prêt de 100 millions USD de la banque mondiale destiné aux Startups et petites et moyennes entreprises de la RDC.

De plus en plus rassuré de cette ratification par les parlementaires, le SG de la ligue des jeunes de l’Udps invite le gouvernement ainsi que les députés et sénateurs à veiller pour que ce projet profite véritablement aux bénéficiaires et à l’économie nationale.

Cet accord de prêt non remboursable de la banque mondiale sera annulé ce 24 octobre si le Parlement ne le ratifie pas.

Ci-dessous l’intégralité de l’interview :

La subvention de 100 millions USD de la banque mondiale pour les PME congolaises expire ce 24 octobre si le projet n’est pas ratifié. En gros, il reste une dizaine des jours pour ce faire, alors que le gouvernement réuni en conseil de ministres a avalisé ledit projet depuis le 27 septembre dernier, avant de transmettre le 7 octobre au Parlement. Que dites-vous quant à cette question de ratification ?

Nous avons maintenant la certitude que cet accord de crédit ne peut qu’être approuvé par nos élus dans les délais qui nous restent. En effet, pour avoir suffisamment alerté nos parlementaires sur l’urgence et la nécessité de le faire le plus vite possible, et en procédure d’urgence, nous sommes convaincus que le message est passé. D’ailleurs, que ce soit la présidente de l’Assemblée nationale, l’honorable Mabunda, ou le 1er vice-président, honorable Kabund, tous sont sensibilisés sur l’enjeu que représente ce financement pour la jeunesse et pour l’économie de ce pays. Nous espérons la même chose du côté du sénat.

Quelle peut-être aujourd’hui la teneur de ce projet si le Parlement accorde son approbation ?

Ce financement est destiné à la mise en œuvre du projet d’appui au développement des micro, petites et moyennes entreprises (PADMPME en sigle). Ce projet de 100 millions de dollars américains va accorder, comme le signifie son appellation, un appui substantiel à l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes principalement. Des compétitions des plans d’affaires seront organisées en toute transparence pour sélectionner des projets à financer. Ce qui est visé, c’est la création des chaînes de valeur dans la petite industrie, l’agro-transformation et le secteur des services ; donc la création d’emplois. Vous n’êtes pas sans savoir que le chômage est fléau qui frappe notre jeunesse en plein cœur. L’avantage de ce projet est qu’il s’agit d’accorder des subventions (c’est-à-dire non remboursables pour les bénéficiaires) ; Des subventions de démarrage en nature ou en espèces pour ceux-là qui n’ont que des projets d’affaires, mais aussi des subventions pour le développement des affaires pour ceux qui sont déjà dans les affaires depuis quelques temps.
Lorsqu’on regarde ce projet, il épouse complètement la politique économique de notre Chef de l’Etat, SE M. Félix Tshisekedi, soit 5 des 20 piliers de son programme :
• la promotion de l’emploi et la formation professionnelle continue (pilier 10)
• l’autonomisation de la femme et promotion de la jeunesse (pilier 11)
• l’amélioration du climat des affaires et promotion de l’entrepreneuriat (pilier 12)
• la diversification de l’économie nationale et le développement du commerce, de l’industrie ainsi que des PME et PMI (pilier 17)
• la lutte contre la pauvreté, l’exclusion et la vulnérabilité. (pilier 20)

Quel message adressez-vous au Gouvernement et aux élus du peuple à cet effet ?

– Au gouvernement : nous disons qu’il est nécessaire de continuer à travailler pour étendre le financement de ce projet et aussi élargir sa couverture à l’ensemble du pays (parce que jusqu’ici il se limite à 4 villes : Kinshasa, Matadi, Goma et Lubumbashi) parce que c’est ça le passeport pour la classe moyenne que veut créer le Président Félix Tshisekedi.
– Aux parlementaires : d’abord, de ratifier l’accord de financement de ce projet en procédure d’urgence parce qu’il ne nous reste pas beaucoup de temps, vu que la limite donnée par l’accord ne permet pas de dépasser la date butoire du 24 octobre 2019. Mais ensuite, de veiller à ce que ce projet profite véritablement aux bénéficiaires et à l’économie de notre pays.

Nous, la jeunesse de l’UDPS, comptons beaucoup sur ce genre de projets pour contribuer efficacement à l’émergence d’une nouvelle classe moyenne fondée sur la pratique des affaires et non sur les « coop ». Nous demeurons mobilisés pour cela.

Propos recueillis par DNL

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom