Le secrétaire permanent du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), Emmanuel Ramazani Shadary, est revenu sur les 18 ans du régime Kabila au pouvoir, dans son discours, en marge de l’ouverture de la première réunion inter-organe de leur parti.

Selon lui, quand Joseph Kabila prenait le pouvoir, le Congo avait déjà atteint le fond de l’abîme.

« Je rappelle ici que lorsque son excellence Joseph Kabila Kabange accède à la présidence de la République, il a hérité d’une situation alarmante, consécutive aux affres de longues années d’instabilité politique, caractérisée par la dégradation de la gouvernance institutionnelle de l’Etat, la récurrence des conflits armés, le marasme économique et un contexte social explosif. Il a hérité d’un pays pauvre, très endetté avec un taux d’endettement affolant, une hyperinflation endémique et un déficit budgétaire galopant. Le Congo avait atteint le fond de l’abime », a-t-il dit.

Emmanuel Ramazani se réjouit par ailleurs de l’état dans lequel il a cédé le pays.

« Par ailleurs, une gestion rigoureuse des finances publiques, l’allégement de la dette publique extérieure et l’ouverture marquée de l’économie nationale aux investisseurs étrangers, ont permis d’assurer une croissance économique plus qu’appréciable et de manière continue depuis 2002 à nos jours. L’accroissement des dépenses publiques dans les secteurs sociaux [éducation et santé Ndlr] a permis de renverser les tendances des principaux indicateurs sociaux qui étaient tous en berne », a-t-il déclaré.

C’est depuis hier dans la soirée que tous les fédéraux, les membres du conseil national, les membres du bureau politique, les membres du secrétariat permanent et les invités du président national du PPRD, sont à Lubumbashi, chef-lieu du Haut-Katanga, pour participer à la première réunion inter-organe du parti cher à Joseph Kabila.

D’après le programme, les assises, lancées ce mardi, se poursuivront en ateliers. Les travaux vont être sanctionnés par un communiqué final qui sera lu demain, à la clôture.

Ézéchiel-Charles Kuwakele Monga

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom