Le mouvement citoyen Lutte pour le changement sollicite l’intervention du chef de l’État en vue de l’organisation d’un audit général de la réserve stratégique générale.

Dans une lettre adressée le mardi 8 octobre 2019 au président de la République et dont copie a été transmise au Premier Ministre, aux Ministres de budget et de finance ainsi qu’à plusieurs autres autorités du pays, la Lucha mentionne une série de manquements reprochés à Nsita Wa Nkenge, déléguée générale de cette entreprise.

Il s’agit de licenciements abusifs, recrutements ne respectant aucune règle fixée par le code du travail, la gestion opaque des finances de l’entreprise, l’absence des contrats, les retenues sur les salaires des agents, etc.

« Il est malheureux de constater que rien n’a été fait dans le sens de la mission allouée à l’entreprise, de son objet social ainsi que de l’intérêt général de la République si ce n’est que des opérations de saupoudrage pour tromper l’autorité et l’opinion publique », lit-on dans cette lettre.

Il est également reproché à Nsita Wa Nkenge « la disparition mystérieuse des matériels de l’entreprise ». La lettre recense notamment la disparition des moulins, des tracteurs, des véhicules terrestres, des matériels oratoires et sylvano-agropastoraux, des matériels informatiques ainsi que plusieurs équipements acquis grâce au projet de vulgarisation des cultures pluviales.

Créée en 2003, la réserve stratégique générale, une entreprise publique à caractère agropastoral, industriel, commercial et social, a pour mission de constituer des réserves en vue de permettre à l’État de faire face à des situations de crise, assurer la production des produits de première nécessité et distribuer en gros et réguler les stocks de ces produits en fonction des besoins de la nation.

Moïse Makangara

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom