La journée internationale de la canne blanche, dédiée aux personnes malvoyantes, a été célébrée ce mardi 15 octobre par une série d’activités organisées à la place de la Gare à Kinshasa.

Organisées sous le thème : « l’accessibilité à l’emploi pour la revalorisation et la dignité humaine pour les personnes malvoyantes », les activités de commémoration de cette journée ont connu la participation de la ministre déléguée en charge des personnes vivant avec handicap, des représentants du bureau conjoint de l’ONU aux droits de l’homme ainsi que ceux de plusieurs associations des personnes malvoyantes.

Tout en rappelant les différents obstacles que rencontrent les personnes malvoyantes, Irène Esomba a invité les personnes malvoyantes à éviter l’auto-marginalisation, avant de faire un plaidoyer en faveur de l’accès à l’éducation pour les personnes malvoyantes.

« On ne peut pas comprendre qu’au moment où l’État insiste sur la gratuité de l’enseignement, une catégorie d’enfants soient exclue de cette opportunité uniquement parce qu’ils ont de problème de cécité », a-t-elle dit.

Les représentants de plusieurs associations des personnes malvoyantes ont tenu à présenter leurs préoccupations aux autorités du pays, en réclamant des solutions urgentes.

« On a des licenciés, des docteurs,… mais ils n’accèdent pas à l’emploi. L’aveugle accède difficilement au crédit bancaire. C’est pourquoi les aveugles sont dans la rue », regrette Jean-Bosco Balema Bayaka, artiste musicien malvoyant.

Instaurée en 1969, la journée internationale des personnes malvoyantes « vise à rappeler que l’espace public, les différents équipements et dispositifs sont également utilisés par les personnes malvoyantes ».

Moïse Makangara

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom