Après un peu plus de trois heures d’audition à la Cour d’appel de la Gombe située à Kinshasa, Lisanga Bonganga, est rentré chez lui en homme libre.

En effet, ce cadre de l’opposition est accusé par un certain Franck Kalolo, avocat au barreau de Kindu, de tenir des propos « qui font fuir les investisseur ».

« En tant que patriote respectueux de la justice, Mr Lisanga s’est présenté pour entendre les faits qui sont mis à sa charge. Et nous avons découvert que les faits mis à sa charge ne sont pas une dénonciation mais plutôt les faits d’un plaignant qui s’est dit avocat de Kindu et il estime qu’il représente le peuple. C’est à ce titre qu’il se plaint que Lisanga Bonganga ait exprimé une opinion politique qui, selon ce plaignant, aurait fait fuir les investisseurs », a éclairci Théodore Nkoy, un des avocats de l’ex ministre des relations avec le Parlement.

Selon lui, au regard des dispositions de l’article 15 de la loi portant le statut de l’opposition, Lisanga ne pourra pas être suivi.

« Les dispositions de l’article 15 de la loi portant statut de l’opposition ne permet pas des poursuites judiciaires pour des opinions exprimées par quelqu’un qui fait parti de l’opposition. À ce stade, c’est dossier qui a été ouvert mais c’est un dossier de registre d’information. Donc, le quartier général a voulu s’informer et l’instruction va être poursuivie prochainement, pour toujours répondre aux questions sur des informations que recherche le parquet », a précisé maître Théodore Ngoy.

Il faut noter que le jeudi 07 novembre 2019 est la date retenue par la Cour d’appel de la Gombe, à Kinshasa, pour une prochaine comparution.

Pénélope Kasita

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom