La recrudescence de l’insécurité dans la province du Nord-Kivu impacte négativement sur le déroulement des activités de la femme rurale à l’Est du pays.

C’est-ce qu’a fait savoir la Ligue des Organisations des Femmes Paysannes (LOFEPACO) à Actu30.Info mardi 15 octobre, à l’occasion de la journée internationale de la femme rurale.

Selon cette organisation, la femme rurale fait face à des énormes difficultés.

Le milieu rural est caractérisé par une insécurité qui ne permet pas à la femme rurale d’exercer son activité principale, notamment l’agriculture, a indiqué LOFEPACO.

D’après Leviane Musike, chargée de programme de cette organisation féminine, plusieurs femmes ont jugé mieux abandonner les champs suite à l’inséurité.

″Avec la persistance de l’insécurité à l’Est de la RDC, la femme rurale a des sérieux problèmes. Elle ne sait plus comment accéder à son champs. La femme rurale est dépourvue des moyens car son activité est déjà bloquée par l’insécurité », a-t-elle déclaré.

Pour améliorer les conditions de vie de la femme rurale, la Ligue des Organisations des Femmes Paysannes plaide pour la restauration de la paix et de la sécurité à l’Est du pays et surtout dans le milieu rural. Et ce, pour permette à la femme rurale d’exercer son travail en toute quiétude, a souligné cette ONG.

Signalons que les groupes armés continuent à sévir dans l’Est du pays. Ce qui ne permet pas à la population, notamment les agriculteurs d’exécuter leurs travaux quotidiens.

Gloire Kamandi/Butembo

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom