Le bureau de l’Assemblée provinciale du Nord-Kivu a réuni ce lundi 26 août différents représentants de Goma, dont le maire de la ville, les bourgmestres de la commune de Goma et de Karisimbi, les conservateurs des titres immobiliers ainsi que les chefs de division des cadastres, pour évoquer les causes des conflits fonciers dans cette partie du Nord-Kivu.

Le vice-président de l’Assemblée provinciale du Nord-Kivu, Jean-Paul LumbuLumbu dit avoir convoqué cette réunion afin de trouver des solutions pour réduire les conflits fonciers dans certains quartiers de Goma qui, selon, lui font partie des causes de l’insécurité dans cette ville.

« Nous avons voulu comprendre pourquoi il y’a autant des conflits fonciers dans la ville de Goma. Nous sommes obligés de comprendre qu’est ce qui est à la base de ces différents conflits fonciers. Il n’est pas possible d’éradiquer tous les conflits fonciers mais il est possible de les éliminer. Dans notre analyse, les conflits fonciers participent a l’insécurité dans la ville de Goma », a indiqué le député Jean-Paul Lumbulumbu. 

Cette deuxième personnalité de l’organe délibérant du Nord-Kivu fait savoir qu’il a identifié les raisons de ces conflits. 

Par conséquent, des grandes recommandations ont été formulées pour pallier à ces problèmes, a-t-il ajouté. 

Au cours de la même rencontre, il a annoncé la suspension de l’exécution du dossier Dunga à Mugunga, qui a mis dehors plus de 250 personnes prétextant occuper des parcelles illégalement.

Selon lui, désormais, les conservateurs des titres immobiliers doivent transmettre aux bourgmestres les copies des titres qu’ils émettent mais aussi aussi les impliquer dans certaines descentes et mettre fin au phénomène autochtone dans la ville de Goma.

« Nous avons identifié quelques raisons à la base de ces conflits. Désormais les bourgmestres de communes doivent avoir la copie de tous les titres émis par les services de cadastres. Nous allons faire le suivi et ça ne sera pas seulement à Goma mais partout au Nord-Kivu. Nous souhaitons que les responsables des entités territoriales décentralisées soient associées dans les descentes. Nous devons essayer de nous rassurer que tout est au clair et chacun est mis dans ses droits », a fait savoir J-P Lumbulumbu. 

Il a également rappelé que si la question foncière n’est pas bien gérée au niveau de la province Nord-Kivu. Elle risque de s’atténuer d’où l’implication du gouverneur de province, a-t-il affirmé. 

Fidèle Kitsa

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom