Dans une interview accordée ce lundi 03 juin à Actu30, Papis Tshimbangila, avocat conseil de feu Étienne TSHISEKEDI, a essayé de clarifier sur la polémique qui sévit depuis un moment au sein de l’UDPS sur la désignation de Jean-Marc Kabund comme président intérimaire.

Pour lui, l’article 26 des statuts de l’UDPS doit être bien interprété car dit-il, Félix Tshisekedi est dans un cas d’empêchement provisoire

«En tant que conseil d’Étienne TSHISEKEDI, j’ai eu à parcourir les statuts de l’UDPS, que dit l’article 26 des statuts? L’article 26 est très claire et simple, on dit qu’en cas de décès, de démission, d’empêchement définitif, d’interdiction d’exercer du président du parti, d’expiration du mandat, là on doit désigner un directoire pour organisation le congrès en vue de la désignation d’un nouveau président. En ce qui concerne la désignation de Jean-Marc Kabund est ce-que le chef de l’État est-il en cas d’empêchement définitif? Je répond Non. Il a un mandat limité de 5 ans, l’article 26 ne s’applique pas», a-t-il expliqué.

Papis Tshimpangila précise cependant que Jean Marc Kabund est juridiquement parlant, un « président faisant fonction » au sein de l’UDPS. D’où selon lui, il doit jouire de ses fonctions.

« Le même statut de l’UDPS notamment l’article 23 définit toutes les prérogatives qui reviennent au président du parti de désigner un organe ad hoc, la question est tout à fait légale.
Mais il y’a peut-être une petite confusion sur le terme président intérimaire. Le terme employé en droit, c’est jean-Marc Kabund est un président « faisant fonction », qui implique une délégation de l’intégralité du pouvoir du président titulaire. Par conséquent, il peut nommer un secrétaire général et tous les autres membres du parti », a-t-il précisé.

Augustin Kabuya a été nommé secrétaire général de l’UDPS le 18 mai dernier par le président ad intérim Jean-Marc Kabund. Une nomination contestée par quelques cadres du parti présidentiel.

Christelle Abeta

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom