Poursuivant sa mission d’itinérance, le secrétaire permanent du parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie ( PPRD) est arrivé ce 28 octobre dans la province de Lualaba.

C’est par route que Ramazani Shadary, accompagné du gouverneur du Haut-Katanga et des hauts cadres du parti, a rejoint la province de Lualaba. Première escale dans la ville de Fungurume située dans le territoire de Lubudi.

Sur place, Ramazani Shadary a communié avec les militants du PPRD.

Dans son adresse, le secrétaire permanent du PPRD a rappelé aux militants l’objectif de sa mission.

« Nous sommes venus parler du PPRD et non d’un autre parti. Nous invitons les jeunes, les femmes, les hommes à adhérer à notre parti. Comme vous l’avez demandé, nous allons construire le siège du parti à Fungurume. Le PPRD est un parti qui gouverne avec les autres. Nous ne sommes pas un parti d’opposition », a-t-il dit.

Ramazani Shadary a, par la même occasion, rendu un vibrant hommage à Joseph Kabila qui, d’après lui, a travailé et milité pour le développement du Lualaba.

« Jospeh kabila est nous, nous nous sommes battus parce que le Lualaba était un district, aujourd’hui elle est une province . Avant pour voir le gouverneur, il fallait aller jusqu’à Lubumbashi, entre temps le développement voudrait que le chef soit prêt de ses administrés. C’est ce que il a fait », a-t-il souligné.

Il a par ailleurs appelé au soutien du gouvernement Ilunga Ilunkamba.

« Je vous demande de soutenir le gouvernement de coalition qui est dirigé par un fils du PPRD, de soutenir aussi les gouvernements provinciaux », a indiqué Ramazani Shadary.


A Tenkefugurume, le secrétaire permanent du PPRD est aussi revenu sur la gratuité de l’enseignement la qui, précise Shadary, a commencé avec le président Joseph Kabila.

Le secrétaire permanent du PPRD a présenté nommément les membres de la délégation qui l’accompagne. Chaque personnalité a salué les miliatants selon la langue de son choix. Démonstration parfaite du nationalisme qu’incarme son parti le PPRD, a-t-il conclu

Rachel Kitsita

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom