Le nouveau ministre de pêche et élevage Jonathan Bialosuka a pris officiellement ses fonctions le lundi 09 septembre au terme de la cérémonie de remise et réprise. 

Depuis la création de cette institution en 2016, Bialosuka devient le troisième minsitre de pêche et élevage de la RDC. 

« Ce ministère est géré depuis sa création par des élus nationaux. D’abord l’honorable Bulambo Kilosho ensuite l’honorable Paluku Yereyere puis moi. C’est une responsabilité pour nous qui sommes élus du peuple de démontrer de quoi nous sommes capables pour redonner de l’espoir à notre peuple « , a dit Jonathan Bialosuka.

Le ministre entrant promet d’emboiter les pas de son prédécesseur. 

« Nous n’allons pas inventer la roue, nous allons faire de notre mieux pour que vos efforts soient consolidés et qu’à notre passage, nous ajoutons un plus à  ce que vous avez fait », a souligné le ministre Jonathan Bialosuka.

Le ministre de pêche et élevage promet aussi de mettre toute son énergie afin de matérialiser la vision du chef de l’Etat Félix Tshisekedi.

 » Le chef de l’Etat Félix Tshisekedi que je remercie et qui a accepté de scinder ce ministère de celui de  l’agriculture. Il a une vision dans ce domaine comme son prédécesseur ; sortie le Congo de l’auto dépendance alimentaire . On ne peut pas comprendre qu’avec toutes les potentialités dont nous disposons, nous perdons beaucoup de devise en important, alors qu’on peut exporter pour faire entrer les devises et asseoir notre économie », a fait savoir Jonathan Bialosuka. 

Le ministre sortant Paluku Yereyere a rassuré de sa disponibilité à mettre son expertise au service de son successeur Jonathan Bialosuka.

« Nous sommes disposés à vous accompagner pour la réussite de vos nouvelles fonctions », a indiqué le ministre sortant de pêche et élevage.

Jonathan Bialosuka a été élu député pour la troisième fois consécutive le 30 décembre 2018 dans la circonscription de la Tshangu à Kinshasa la capitale. Il a promis de travailler en étroite collaboration avec l’administration afin de réussir le pari du développement. 

Rachel kitsita

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom