Réagissant aux accusations portées contre les chinois et travailleurs congolais de la socièté CGC, en ce qui concerne avec le vol des matériaux et matériels déstinés à la construction de tronçon Luonge – Tshikapa, le ministre provincial des travaux publics et infrastructures exigents des dénonciateurs des preuves.

Selon le ministre Olivier Tombe Tombe, ces preuves permttront à la justice de déterminer la culpabilité des auteurs de ce vol. « Faute des preuves, ces informations seront considerées comme étant des rumeurs », a-t-il dit. 

« J’apprends mais j’avais bien voulu avoir des preuves qui prouvent effectivement qu’il y a  vol. Si ceux qui dénoncent nous apportaient des preuves, nous aurions fait tout pour décourager les auteurs. Ces informations viennent même des chefs des projets mais nous ne pouvons pas sur base des informations téléphoniques, dire qu’il y a vol », a-t-il fait savoir à Actu30.info. 

Cependant, le ministre provincial des infrastrures dit reconnaitre certaines informations, faisant état de détournement de plusieurs matériaux et matériels déstinés à la construction de cette route. Des informations qu’il a reçues lors de son passage aux différents chantiers, renseigne Olivier Tombe Tombe.

« J’étais temoin lors qu’un agent a été arrêté, lorsque j’ai demandé, on me dira qu’il a volé du ciment et j’avais demandé qu’il subisse la rigueur de la loi. On me raconte mais aussi ce qui pose probleme, c’est l’évaluation des biens mis à leur disposition, parce que ce sont des produits finis qui posent problème à être évalué », a expliqué Olivier Tombe.

Le ministre provincial des infrastructures a appelé les congolais engagés par entreprise chinoise à s’approprier cette oeuvre qui est, d’après lui, un bien commun et donnera une bonne image à la province.

Notons que mercredi dernier, le député national Jean Mbaya a fait savoir que les chinois et certaines autorités de la place seraient impliqués dans le vol des matériaux et outils mis à la disposition de la socièté CGC pour la construction du tronçon Luonge-Tshikapas situé sur la Nationale 1.

Pour rappel, cette route fait partie du « projet de réhabilitation et aménagement de la route Nationale numero un et passage de la fibre optique premier lot », et les travaux, selon la socièté CGC, pourraient s’achever d’ici la fin cette année.

Janderson Nyembue/Kasaï

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom