Le Comité National de Suivi de l’Accord (CNSA) recommande au premier ministre Sylvestre Ilunga d’attribuer le quota réservé à l’AFDC-A pour la formation du gouvernment à l’aile dirigée par Bahati Lukwebo. 

Selon cette institution d’appui à la démocratie, l’AFDC-A de Bahati Lukwebo est le seul qui est reconnu par l’État congolais.

« On ne peut pas parler de AFDC-FCC et AFDC Bahati. Non,  ça n’existe pas », a dit Valentin Vangi, rapporteur du CNSA, sur les ondes de Top Congo.

Cet organe technique que chapeaute OlengaNkoy considère que la tendance au dédoublement de l’AFDC-A est « une menace à la décrispation du climat politique ».

Le CNSA demande également au président Tshisekedi de ne pas renforcer l’émiettement des partis. 

« Le CNSA demande, par ailleurs, au Chef de l’Etat de ne pas renforcer l’émiettement des partis politqiues », a-t-il ajouté. 

Cette réaction intervient alors que l’autre aile de l’AFDC-A fidèle au FCC, sous la direction de Nene Nkulu, confirme avoir déposé ses listes pour la formation du gouvernement.

cette prise de position a attiré une flambée des critiques. Steve Mbikayi, membre de l’AFDC-A, fidèle au FCC, a tenu à recadrer le CNSA via son compte twitter.

« Le CNSA donne raison à l’aile dissidente ! J. Olengankoy oublie qu’avec l’organisation des élections,son CNSA est périmé ! Nous ne sommes plus régis par l’accord de la CENCO d’où il tirait sa légitimité! N’ayant plus rien à faire, il s’invite à toutes les crises », a dit Steve Mbikayi.

Dans le même sens Jean-Lucien Busa affirme qu' »avec la mise en place effective des institutions issues des élections et l’investiture bientôt du Gouvernement, point de place à la coexistence du CNSA aux côtés des institutions politiques traditionnelles. L’alternance étant effective,sa mission est terminée ».

Pendant ce temps, la balle reste dans le camps du président de la République et du premier ministre, à qui reviennent les dernières décisions.

Ben Lovua

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom