Des membres de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), section Kongolo, dans le Tanganyika, quittent leur territoire pour Kinshasa.

Le président de l’UDPS/Kongolo, qui livre cette information à Actu30.Info, fait savoir que ces membres de leur parti politique fuient Kongolo suite aux arrestations, selon lui, arbitraires dont ils sont victimes.

D’après lui, ces arrestations perpétrées par les éléments de la police sont commanditées par l’administrateur de ce territoire. 

En provenance de Kongolo, Sangwa Kahongo Abel, président sectionnaire de l’UDPS souligne mordicus que « toutes les menaces dont les membres de l’UDPS sont victimes dans ce coin ont véritablement comme auteur cet administrateur ».

Il précise aussi que l’administrateur de Kongolo est du PPRD et voudrait, ajoute-il, « coûte que coûte faire disparaitre ce parti tshisekediste dans cette partie du Tanganyika ».

« Je suis à Tshikapa en partance de Kinshasa pour des raisons de securité. L’administrateur du territoire de Kongolo ne veut pas de l’UDPS, parcequ’on dénonce les tracasseries dont sont victimes les habitants de ce coin. l’UDPS demandait la suppression des services des Péages erigés même sur dessertes agricoles. Comme l’administrateur ne veut pas de l’UDPS, nous nous sommes décidés de nous faire sentir sur la ville », relate le sectionnaire de Tanganyika avant d’annoncer l’arrestation du président de la ligue des jeunes.

Joint au télephone par Actu30.info, l’administrateur du territoire de Kongolo rejette ces accusations et affirme que tout se passe bien.

Selon Kianga Ramazani clement, il s’agissait d’une incomprehension survenue entre les autorités du territoire et l’UDPS.

« L’UDPS nous a donné un moratoire de 48h pour enlever les barrieres érigées à Haje et les agents de SONAS ainsi que de transport sur la route. Mais ces services relevent du pouvoir de la province. Nous lui avons demandé d’entrer en contact avec la province. 48 heures après, Monsieur Sangwa a organisé une marche avec ses membres accompagnés de motards pour enlever ces barrieres », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, l’administrateur du territoire de Kongolo signale qu’un conseil provincial de securité élargi est convoqué par le gouverneur de province, au cours duquel ce sujet pourrait être évoqué.

Janderson Nyembue

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom