A quelques jours de la publication tant attendue du gouvernement Ilunga, certaines voix se lèvent pour réclamer une juste répartition des postes ministériels.

La dernière en date du 8 août dernier, celle de jean claude Katende, president de l’Association africaine de defense des droits de l’homme (ASADHO), qui estime que certains critères de désignation des ministrables fixés par le premier ministre sont discriminatoires.

Sur son compte twitter, il a loué cette innovation dans l’attribution des postes ministériels en précisant que « cette publication est une évolution significative dans la mesure où elle permet aux citoyens de suivre et d’évaluer le respect desdits critères par les acteurs politiques Congolais ».

Cependant, il révèle que certains critères sont discriminatoires. 

« Si quelques critères me semblent justes, il y en a d’autres qui posent de problème en ce sens qu’ils ne sont pas justes et n’établissent un traitement égal de tous les acteurs intéressés par les postes ministériels », a-t-il ajouté.

Pour Jean-Claude Katende, le critère qui stipule que les futures ministres ne devrait pas « avoir fait l’objet des condamnations judiciaires fermes en RDC ou à l’étranger » est prévu de manière intentionnelle pour exclure certains acteurs sociaux ou politiques de l’opposition de participer au Gouvernement.

D’ou, considérant que certains on fait l’objet des condamnations « injustes », et que certains « auteurs » de violation des droits de l’homme ne sont pas inquiétés par la justice, Jean Claude katende propose un complément à ce critère a savoir : « avoir  une moralité et une équité non affectées par les actes de violation des droits de l’Homme,  de pillage des ressources naturelles, de mauvaise gestion des fonds publics, de détournements des biens de l’État… »

« Ainsi, tous les acteurs sociaux et politiques seront mis sur le même pied d’égalité », conclut-il.

Il sied de rappeler que, en dehors du critère évoqué par Jean-Claude Katende, il y a en d’autres dont:

– Adhérer au code de Conduite du gouvernement de la République ;

– Veiller à la représentativité significative genre ainsi qu’a l’équilibre géopolitique ;

– Présenter trois candidats par poste ministériel ;

– la capacité à travailler sous l’autorité du premier ministre etc.

Entre-temps, le premier ministre sylvestre Ilunga Ilunkamba continu les consultations en vue de la formation d’un gouvernement capable de soutenir les actions du président de la République.

Ben Lovua

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom