Le gouverneur de la province du Nord-Kivu Carly Nzanzu Kasivita a convié la population du territoire de Nyiragongo ce mercredi 7 Août, à un dialogue social sur la situation sécuritaire et sanitaire qui prévaut dans ce territoire.

Situé au nord de la ville de Goma, cette rencontre a permis au gouverneur de province d’écouter aussi les avis de la population de ce territoire où, depuis un temps, l’insécurité bat son plein. L’on assiste à des assassinats et enlèvements durant les heures tardives perpétrés par des bandits munis d’armes non encore identifiés. 

Pendant plus de quatre heures de temps, cette population s’est déchargée auprès de l’autorité provinciale qui, a voulu connaitre les sources de l’insécurité dans cette partie de la province avant de demander la collaboration de tout un chacun pour mettre fin à cette situation.

« Nous avions voulu être avec notre peuple pour quelle nous renseigne les sources de l’insécurité. Je peux vous rassurer que si nous arrivons à travailler main dans la main avec la population de Nyiragongo, nous allons diminuer cette insécurité voir même arriver à l’éradiquer. Notre souci est de voir notre peuple vivre paisiblement, travailler calmement et isoler tous ces malfrats de la circulation surtout à la disposition des instruments de justice une fois dénoncé par la population », a dit Nzanzu Kasivita, gouverneur du Nord-Kivu.

Il a également sensibilisé la population de ce territoire à la maladie à virus Ebola, appelant cette dernière à respecter les règles d’hygiène pour prévenir la contamination.

«Nous avons appelé la population à respecter les règles d’hygiène, quant à la maladie a virus Ebola. C’est un territoire tout près de Goma mais aussi notre CTE qui reçoit les malades est construit dans le Nyiragongo. Nous avons recueilli des avis et considérations et nous aurons des audiences particulières avec les différentes couches de la population pour capitaliser toutes les informations qui nous seront données », a-t-il ajouté.

Au cours de ce dialogue social, au cours duquel les habitants de ce territoire ont révelé que certains conflits armés sont liés aux affaires foncières et d’autres au pouvoir coutumier.

D’où, elle demande que soit installé, dit-elle, dans un bref délai, un chef coutumier légitime à la tête de la chefferie de Bukumu et de bien gérer les problèmes de terre qui gangrènent ce milieu.

Fidèle Kitsa

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom