La Nouvelle Socièté Civile Congolaise (NSCC) deplore l’absence des instances judiciaires dans le territoire de Demba. 

À travers une correspondance adressée aux autorités provinciales, cette situation est à la base du climat d’insecurité qui règne dans cette partie de la province du Kasaï central.  

« La NSCC note que l’absence du Tribunal de Paix, avec l’instauration de la zone operationnelle militaire, les citoyens sont arrêtés, torturés et emprisonnés sans décision du juge », déclare-t-elle. 

Pour Jonas Tshiombela, président de la NSCC, les élements de Police Nationale Congolaise (PNC), des FARDC, services de l’ANR, l’admistrateur du territoire, le bourgmestre, les chefs des secteurs, les chefs de groupement et de village, arrêtent, détiennent, jugent et tranchent, selon leur conviction.

Par ailleurs, la Nouvelle Socièté civile congolaise demande au ministre national de la justice ce qui suit :

1. La a réouverture du Tripaix de Demba ;

2. L »affectation des juges disponibles et l’augmentation de nombre de magistrats au parquet pres le Tribunal de Paix ;

3. L’interdiction de détention des personnes en dehors du délai légal surtout par des personnes non compétentes ;

4. Le contrôle régulier des établissements pénitentiaires.

La NSCC s’est également adressé au gouverneur Martin Kabuya, à qui elle sollicite la réhabilitation de la prison du territoire de Demba.

Il y a plusieurs années que les instances judiciaires dans le territoire de Demba ne sont plus opérationnelles. Cette situation remonte dépuis les evenements meurtriers de Kamuina Nsapu.

Janderson Nyembue

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom