Depuis son accession au pouvoir, le président de la République a pris un certain nombre des décisions courageuses appréciées par une bonne frange de l’opinion tant nationale qu’internationale.

Mais nul n’est parfait. Mieux, l’erreur est humaine dans la vie dit-on. Mais il fait reconnaitre qu’il y a de ces erreurs qui coûtent cher et se paient cach. Dans la liste de faux pas, j’en retiens personnellement six grosses erreurs, à savoir :

1. Le Président Félix Tshisekedi n’aurait pas dû se prévaloir si tôt de vouloir déboulonner le système Kabila. Et pour cause, résultat à ce jour, rien de concret ne semble avoir été fait dans ce sens. Le système Kabila continue son bon bien que bout de chemin  (répression des manifestations publiques avec des arrestations arbitraires, fermeture des médias etc…).

2. Le fait d’accepter de céder au FCC, le ministère de la justice, portefeuille stratégique et déterminant pour son programme censé reposer sur l’Etat des droits. Albert Einstein ne pensait t-il pas si bien dire en affirmant qu’on ne règle pas le problème avec ceux qui les ont créés. Certains me diront que Nelson Mandela a trouvé la solution en Afrique du Sud, avec ceux qui les ont aussi créés. Mais ici n’est pas le cas.

3. Le  fait de reconduire l’ancien chef d’Etat major général des FARDC dans ses fonctions. Loin de souhaiter pour le plaisir le départ de ce grand officier. N’empêche que pour asseoir son autorité, Fatshi aurait plutôt dû confier ce poste à un autre grand officier pour marquer la rupture au sein des FARDC. N’ont donc pas tord ceux qui soutiennent que Joseph Kabila est encore aux affaires et a encore son mot à dire.

4. Si incroyable que cela puisse paraître, le laxisme constaté à l’endroit de la ministre du portefeuille dans le dossier de nominations des nouveaux mandataires à la Gecamines et à la SNCC. Quelques soient les raisons avancées par la concernée, le chef de l’état, garant des institutions aurait dû sevir plutôt que de laisser aller cette situation.

5. Le fait de laisser les ministères de la Défense entre les mains du régime sortant qui a dirigé le pays pendant 18 ans sans trouver solution  à la pragmatique de l’insécurité dans l’est du pays. Laisser ces posts clés pour asseoir la politique du nouveau pouvoir reste quelques unes des grosses bourdes du pouvoir de Félix Tshisekedi.

6. Avec ma plume, la toute dernière erreur du fils Tshisekedi, c’est d’avoir permis au pays, avoir accepté un gouvernement de 65 membres.

Voilà, quand l’encre de ma plume  assèche et que mes larmes commencent à mouiller le papier, je m’arrête.

Avec ma plume!

Tapie Lutunu

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom