Dans le cadre de veiller à la sécurité  des infirmiers œuvrant dans la zone de santé Vuhovi, dans la chefferie de Bahu située  à  Beni, il s’est organisé ce mercredi 31 Juillet, un dialogue social entre la population et les autorités admiratives et militaires. 

Il a été constaté lors de ces échanges que les personnels soignants vivent toujours sous  menaces des groupes armés actifs dans cette partie de la RDC. Une situation dénoncée depuis longtemps par les activistes des droits de l’homme.

Les autorités ont décidé de procéder à l’installation des positions militaires dans cette zone. Une base de l’armée, par exemple, sera installée dans la localité Isonga du groupement Bunyuka. 

Sur place, l’infirmier titulaire était tué il y a  quelques mois passé. Les deux dernières semaines, le laborantin du centre Isonga a été visité par des hommes porteurs d’armes blanches qui ont blessés son épouse. 

Interrogé par Actu30.info,  Paluku Nzuki, secrétaire de la chefferie de Bashu, qui reconnait les menaces dont sont victimes les responsables médicaux, indique qu’une position sera installée dans le village Vuhesi où deux bâtiments du centre de santé portant le même nom ont été incendiés par des personnes assimilées aux Maï-Maï. 

Pendant ce temps, les habitants de Bashu qui saluent cette décision des autorités demandent à ces dernières de restaurer l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue de la chefferie de Bashu en particulier et en territoire de Beni en général.

Il sied de rappeler que les structures sanitaires et les personnels soignants qui collaborent avec les équipes de la riposte  vivent la peur au ventre suite aux menaces des miliciens.

Gloire Kamandi

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom