Les éléments de la police commis à la garde de la prison centrale du territoire de Walikale, au Nord-Kivu se rendent « tristement célèbres » dans la violation des droits humains. 

C’est ce qu’affirment des activistes des droits de l’homme dans la région et certaines victimes de la situation.

Selon certains prisonniers, les gardes sont auteurs de plusieurs abus à leur égard. Comme pour illustrer ce cas, les locataires de cette maison carcérale  accusent les  policiers commis à la garde de plusieurs abus, dont la tracasserie des personnes qui leur rendent visite.  

″Quand un proche veut nous rendre visite, c’est Cinq mille franc (5000 FC) à la main à laisser aux policiers commis à la garde. C’est  vraiment impossible de nous voir. Et chose étonnante, si c’est une femme, si elle n’a pas cette somme les gardes auront tendance à coucher avec elle pour qu’elle nous rende visite″, a fait savoir un prisonnier.

Ce dernier indique que les détenus traversent une vie difficile dans cette prison à cause de cette attitude des gardes. Il ajoute que ces policiers « confisquent même quelques biens des prisonniers ».  

D’où, ces locataires  de la prison centrale de Walikale appellent les autorités à l’innervation, pour leur garantir la protection dans cette prison.

Interrogé sur cette situation que traversent les prisonniers par Actu30.Info, le commandant de la police commissariat de Walikale rejette ces accusations.

″Les gens sont entrain de mentir. Quand j’ai eu l’information, j’ai essayé de m’investiguer sur la situation, tout ce que nous avons récolté comme résultat, je pense que nos policiers sont innocents″,  a réagi le commandant de la Police. 

A noter que les activistes des droits de l’homme à Walikale promettent de faire rapport sur cette situation après les enquêtes déjà en cours dans cette prison centrale du territoire de Walikale. 

Gloire Kamandi

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom