Le jeunesse du Kongo-central appelle les autorités morales de la coalition FCC-CACH à prendre en compte les fils et filles de leur province dans le partage des responsabilités, en vue de la formation du prochain gouvernement et la composition du bureau du Sénat.

Dans une déclaration lue par Bénit Kuyukunu ce samedi à Kinshasa, ces jeunes se disent préoccupés, car selon eux, les enfants du Kongo-central « méritants », ne sont pas pris en compte pendant les discussions sur la formation du gouvernement, « comme cela a été le cas au bureau de l’Assemblée nationale, où le seul candidat au poste de rapporteur adjoint, a été victime des manœuvres dilatoires, qui a conduit au retrait de sa candidature ». 

Par conséquent, la jeunesse du Kongo-central s’insurge contre cette méthode, dit-elle, tacite d’écarter les siens de la gestion du pays aux postes de responsabilité des niveaux élevés, et en appel aux autorités de FCC-CACH à ne pas abandonner dans les oubliettes les enfants de sa province, quant au partage des postes au sein du prochain gouvernement.

« La jeunesse du Kongo-central s’insurge contre cette méthode tacite d’écarter les siens de la gestion du pays aux postes de responsabilité des niveaux élevés, et en appel à l’attention particulière du CACH, qu’elle remercie en passant pour sa réponse sur la question du port en eaux profondes de Banana et du pont route-rail, et celle du FCC qui d’ailleurs séjourné au Kongo-central, pour que cette province dont les fils et filles se sont toujours distingués par la bonne gouvernance, ne soit pas du reste abandonnée dans les oubliettes ou placée au second plan, tant au niveau de la composition du bureau du Sénat, du gouvernement national, que des autres  responsabilités », peut-on lire dans leur déclaration. 

Par ailleurs, ces jeunes rappellent aux responsables de la coalition au pouvoir l’exigence constitutionnelle de la représentativité des provinces et l’obligation réglementaire qui, d’après eux, sous-tendent l’harmonie dans la gestion du pays, pour une cohésion nationale garantie et durable.

Entre temps, ils appellent les hommes politiques du Kongo-central concernés par les discussions à une viligance azimut, et à ne pas laisser leur province subir le dicta des autres, « car le peuple Kongo, qui a joué le rôle de premier plan lors de l’accession de notre pays à l’indépendance, attendent beaucoup d’eux », ont-ils conclu.

P. Ndongo

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom