Après la réhabilitation de son client ; le député national Patrick Munyomo, Me Éric Birindwa affirme que la Cour constitutionnelle a finalement corrigé des erreurs matérielles qui étaient contenues dans ses arrêts, invalidant plusieurs élus nationaux, en début du mois de juin dernier. 

Selon lui, les juges de la chambre spéciale, qui a examiné les requêtes en rectification d’erreurs matérielles, ont été indépendants et guidés par la loi. 

Par ailleurs, Me Éric Birindwa rappelle que les députés nationaux et les sénateurs invalidés avaient le droit d’introduire des requêtes en rectification d’erreurs matérielles. 

Cependant, « c’est grâce à la pression des députés nationaux exercée sur les juges de la cour constitutionnelle et l’institution d’une chambre spéciale que les erreurs matérielles ont été corrigées, favorisant ainsi la révalidation de son client, élu de Goma, Patrick Munyomo et d’autres candidats », souligne-t-il.

« Dans les différents arrêts qui ont été énoncés, il y avait eu manifestement des erreurs de la part des juges de la Cour constitutionnelle. Avec ce qu’il y’a eu comme pression et avec l’institution de la chambre spéciale, la Cour a corrigé ces erreurs matérielles. Les juges sont indépendants et ont été guidés par la loi. Nous avons montré à la Cour constitutionnelle l’erreur contenue dans l’arrêt et nous avons eu gain de cause, dans sa récente décision. C’est notre client ; honorable Patrick Munyomo qui a regagné l’hémicycle en tant que député national, élu à Goma », se réjouit cet avocat.

Jeudi dernier, la haute Cour, siégeant en matière de contentieux électoraux, a rendu ses décisions définitives. L’élu de Goma, Patrick Munyomo été réhabilité en défaveur de Prince Mundenga. 

Fidèle Kitsa

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom