Dans une déclaration commune parvenue à Actu30.Info ce Vendredi, les chefs de mission des États-Unis, du Royaume Uni, de la Suisse et du Canada déplorent l’aggravation des tensions politiques en République Démocratique du Congo, constatées après les arrêts de la Haute Cour, invalidants certains élus nationaux.

“Les récentes décisions de la Cour Constitutionnelle prises en dehors des échéances prescrites par la loi nuisent à un climat politique apaisé et mettent à risque l’opportunité après les élections présidentielle et législatives de donner place au changement pour lequel la population congolaise a voté ”, rapporte ladite déclaration.

Ces pays partenaires de la RDC appellent, par ailleurs, les acteurs politiques congolais à bannir l’usage de violence au Pays, tout en réaffirmant leur engagement à soutenir la démocratie et l’Etat de droit au Congo-Kinshasa.

“Nous regrettons vivement l’incertitude et la méfiance créées par ces décisions et rappelons notre engagement à consolider et soutenir la démocratie, l’Etat de droit, les droits de la personne et la lutte contre la corruption aux côtés des acteurs du changement”, ont-ils dit.

Depuis la publication des arrêts de la Cour Constitutionnelle, les vives tensions sont observées à travers l’étendue du pays et particulier à Kinshasa. À Kinshasa et Lubumbashi, par exemple, les sièges des partis membres du FCC ont été saccagés par des militants se réclamant de l’UDPS. 

Crispin KAZADI

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom