Le Président du bureau de l’Assemblée provinciale du Kasaï de l’Est, Yves Muamba Kadima a réagi ce vendredi au sujet de l’insécurité qui fait surface sur l’étendue de la province. 

Pour cet élu de l’Union pour la démocratie et le Progrès Social “UDPS”, les autorités impliquées dans la sécurité doivent prendre en compte les recommandations des autorités provinciales afin de procurer la quiétude à la population.

« Un député a un mandat provincial. L’insécurité et la criminalité font partie de la violation des droits de l’homme ; des vols armés et simples sont aussi opérés par les éléments de la police nationale congolaise incontrôlés. Les autorités policières et militaires doivent arriver à maîtriser les statistiques de leurs éléments sur les armées à feu et munitions pour éradiquer cette insécurité, tout en s’appuyant aux recommandations de l’autorité provinciale intérimaire qui a eu un échange avec le conseil de sécurité de la province », a confié Yves Muamba à Actu30.info. 

Selon lui, cette situation sécuritaire doit être traitée d’une manière approfondie afin de trouver les solutions de le sécurité dans la province.

« Nous, organe délibérant, devons avoir les informations afin d’interpeller les autorités impliquées dans la sécurité afin qu’ils nous disent les problèmes pour garantir une paix totale. La sécurité c’est un élément de taille pour une province, quand il n’y a pas la sécurité, les investisseurs ne viendront pas dans la Province.», a-t-il fait savoir. 

Concernant les attaques, dont le siège du PPRD a fait l’objet, Yves Muamba a invité au “calme” toute la population en général et militants de l’UDPS en particulier afin d’éviter les réactions qui ont tendance à amener à la violation des droits de l’homme.

« L’UDPS a milité depuis plusieurs années pour l’instauration d’un État de droit. Nous ne pouvons pas admettre les réactions qui ont tendance à amener la violation des droits de l’homme au pays. En tant qu’autorité je ne peux que lancer un message de paix à toute la population. Nous devons militer pour le respect de droits de l’homme. Nous sommes à la tête de deux institutions de la province. On va travailler pour répondre aux attentes de la population.», a-t-il conclu.

Signalons que l’Assemblée provinciale du Kasaï Oriental est en pleine session du mois mars qui va dûment se clôturer le 2 juillet prochain.

Crispin KAZADI

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom