Le sit-in des femmes de la coalition Lamuka devant à la Cour constitutionnelle est soutenu par certains acteurs politiques de cette plateforme politique dont Jacques Ndjoli, député national et cadre du Mouvement de Libération du Congo (MLC).

Au micro d’Actu30, Jacques Ndjoli dénonce l’invalidation des députés au sein de son parti.

« Je suis invalidé indirectement. On prive à un parti politique plus de 40% de ses élus. le MLC qui comptait 22 députés vient de perdre huit d’entre eux. C’est inadmissible », déclare-t-il.

Juriste de son état, il souligne que les arrêts de la Cour sont irrévocables si et seulement si ils sont rendus en conformité avec la loi.

« Pour qu’un arrêt soit inattaquable il faut qu’il respecte le droit. Lorsque l’arrêt est rendu par fraude, il n’existe pas. Les arrêts de la Cour sont rendus au nom du peuple, nous demandons à la Cour de prendre conscience de son incapacité. cette Cour a été constituée de manière irrégulière », a-t-il lancé.

Les militants des partis politiques MLC ainsi que de tous les autres regroupements Lamuka ont brûlé des pneus devant la Cour, en signe de protestation.

Jael Moloway

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom