L’opposition parlementaire appelle la Cour Constitutionnelle à corriger ses arrêts, qu’elle qualifie d’ « iniques », invalidant une vingtaine de députés nationaux de Lamuka. 

Dans une déclaration lue ce mardi par Jacques Ndjoli, les élus nationaux de l’opposition exigent également de la haute Cour la cessation de son insoumission et sa rébellion à la constitution et l’exercice de sa mission constitutionnelle en toute indépendance et impartialité à l’exclusion de toute instrumentalisation. 

L’opposition parlementaire demande, par ailleurs, au peuple congolais de se mobiliser contre cette entreprise, dit-elle, de détournement de sa souveraineté et de protéger ses élus. 

À en croire ces opposants, les arrêts de la plus grande instance judicaire de la RDC ont été rendus en violation flagrante des procédures en matière des contentieux électoraux. 

« Il s’agit, notamment de l’absence des notifications des requêtes aux partis, l’absence des recomptage contradictoire des voix en présence des témoins, la modification de composition sans l’ouverture préalable des débats, refus de prise en compte du seuil national tel que fixé par la loi et la CENI, remplacement des députés proclamés élus par des candidats ayant visiblement obtenus des voix insignifiantes », précisent-ils.

La Cour Constitutionnelle, siégeant en matière des contentieux électoraux, a invalidé 23 parlementaires de l’opposition, dont 21 députés nationaux et 2 sénateurs, tous membres de la plateforme politique Lamuka.

Pénélope Kasita

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom