Dans une déclaration publiée ce mercredi 15 mai 2019, l’Organisation non Gouvernementale Internationale “Human Rights Watch” qui a pour mission de défendre les droits de l’homme, appelle à des poursuites judiciaires contre le Général Amisi Kumba, chef d’état-major adjoint des Forces armées de FARDC, chargé des opérations et du renseignement. Ce, pour des prétendus crimes commis en 2002 sous le label du mouvement rebelle RCD et en 2016 sous le règne de Joseph Kabila

« Il faut engager des poursuites contre le général Amisi en RD Congo, cet ancien commandant rebelle a été enhardi par son impunité pour des crimes de guerre commis en 2002 », a affirmé Human Rights Watch

HRW révèle également que le général Amisi Kumba alias Tango fort, aurait été impliqué dans le déploiement des rebelles M23 pour la répression des manifestants en 2016 à Kinshasa

« Il est accusé d’avoir contrôlé un réseau qui distribuait des munitions à des braconniers et à des groupes armés, et d’avoir commandité des troupes qui, entre 2015 et 2018, ont violemment réprimé des manifestations politiques contre le président de l’époque, Joseph Kabila. Il est également impliqué dans le déploiement d’anciens combattants du mouvement rebelle M23 dans la capitale, Kinshasa, pour participer à la répression de manifestations en décembre 2016. » révèle l’ongd.

Roberto Tshahe

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom