Photo d'illustration

Dans un communiqué de presse signé mardi 14 mai 2019, la société civile de Beni se dit préoccupée par la situation sécuritaire qui prévaut ces jours-ci à Beni, Nord-Kivu, à l’Est de la République Démocratique du Congo.

« La société civile coordination urbaine de Beni est inquiète face à la situation sécuritaire qui prévaut actuellement dans la ville de Beni, caractérisée par les attaques des groupes armés, des assassinats, tracts et menaces d’attaque contre la population et les installations des centres de traitement d’Ebola », indique la société civile.

Cette déclaration intervient quelques heures après l’attaque d’hommes armée identifiés comme des ADF contre une position militaire, la nuit du lundi au mardi 14 mai 2019, dans la cellule Matete, quartier Boikene, en commune Ruwenzori.

Ils ont perpétré des actes de pillage dans les maisons des civils au cours de cette énième attaque.

Ce communiqué ajoute que cette situation a créé une panique et terreur dans le chef de la population qui a pris fuite cette nuit vers des contrées supposées sécurisées. À cette occasion, une personne a été blessé par balle.

Tout en saluant les efforts des éléments des FARDC qui, depuis le mois de février 2019, ont repoussé 3 attaques ennemies, les Forces vives demandent à l’État congolais de prendre ses responsabilités pour mette fin définitivement à ce phénomène ADF qui continue à décimer les vies humaines.

La société civile de Beni recommande également aux services de sécurité et de la défense de prendre au sérieux toutes les rumeurs, tracts et menaces contre la population et les activités de la riposte contre Ebola aux fins de prendre des dispositions idoines pour les déjouer.

Fabrice Ngima

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom