L’analyse de la situation sécuritaire a été le vendredi 22 février 2019 au menu d’un tête-à-tête entre les autorités onusiennes, politico-administratives, militaires et sociales à Beni dans la province du Nord-Kivu.

Dans cette rencontre d’échange organisée par la Monusco à Mavivi, il a été question pour les leaders communautaires, les représentants des Forces vives locales, les soldats de la paix et les officiers de l’armée d’analyser la situation sécuritaire qui prévaut dans la région et évaluer le mandat de la Monusco dans cette partie de la RDC.

Au cours de ce tête-à-tête, il a été constaté que la situation sécuritaire reste précaire à Beni, plus précisément à Mavivi, Nzuma et Matembo.

« Depuis 2014, la population souffre, il y a des massacres qui provoquent des déplacements massifs des civils. Cela en présence des casques bleus de la Monusco et des FARDC. La situation est vraiment chaotique », s’est alarmé Jamali Moussa, vice-président de la société civile du groupement Batangi-Mbau.

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom