Le candidat Martin Fayulu a réagi ce jeudi 7 février à la RFI dans la ligne droite de la déclaration du numéro Un de l’ONU appelant Félix Tshisekedi à organiser un Gouvernement inclusif.

Pour Fayulu Madidi, les Nations Unies agiraient avec une certaine partialité convenant la situation de la RDC contrairement à son apport dans la crise au Venezuela.

« je note que le Secrétaire général de Nations unies
n’oublie pas ce qui s’est passé en RDC, c’est-à-dire le hold-up électorale. Mais ma réaction est que c’est comme si la RDC était un pays exceptionnelle comparativement à ce qui se passe au venezuela par exemple ou la communauté internationale semble opter pour des nouvelles élections », a-t-il indiqué.

Cette figure de la coalition Lamuka souligne que RDC est en crise de légitimité.

« Le problème aujourd’hui c’est comment faire accepter au congolais et le monde entier que quelqu’un qui a eu moin de 17% soit Président de la République, alors que celui qui a plus de 60% ne peut exercer le pouvoir. Si la communauté internationale veut tuer la démocratie, qu’on le dise. Car, quel est ce congolais qui demain, pourra encore faire confiance aux élections ? », s’est-il interrogé.

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom