Se référant à des sources dignes de foi, le Bureau Central des Nations Unies pour le Droit de l’Homme (BCNUDH) a indiqué, dans une communication de ce mercredi 16 janvier, qu’environ 890 personnes ont été coupées de leurs vie en mi-décembre dans les violences qui ont élu domicile dans le territoire de Yumbi.

« smSelon des allégations de sources crédibles, au moins 890 personnes auraient été tuées entre le 16 et le 18 décembre dans quatre villages du territoire de Yumbi, dans la province de Mai-Ndombe, à l’ouest de la RDC, dans ce qui semble avoir été des affrontements entre les communautés Banunu et Batende », a-t-il rapporté.

Eu égard à l’acuité de ces exactions, Michelle Bachelet, la Haute Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, a souligné qu’il est aujourd’hui crucial que toute cette violence fasse l’objet d’une enquête approfondie et rapide et que ses auteurs soient traduits en justice.

« La Haute-Commissaire a proposé l’appui du Bureau des Nations Unies pour les droits de l’homme dans la conduite des enquêtes ainsi que dans les efforts visant à prévenir la répétition de telles violences et à œuvrer pour la justice et la réconciliation », renseigne ladite communication.

De noter que c’est suite à cette insécurité que la CENI avait pris la décision de reporter, pour le mois de mars, la tenue des élections, spécialement les législatives,, dans ladite ville de Yumbi, au Mai-ndombe.

Don-Neille LBK

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom