Au lendemain de la suspension des enseignements dans le secteur de l’EPSP, sur toute l’étendue de la RDC, décrétée par le consortium des syndicats du ressort de l’éducation nationale, le syndicat des enseignants des écoles catholiques (Synecat) est plus que déterminé à maintenir ce mouvement de grève, à fait savoir Mulomba Tshimanga, le secrétaire général dudit syndicat.

C’est le lundi 5 novembre dernier que l’appel de l’arrêt des cours a été lancé pour la durée d’une semaine. Pour la circonstance, les enseignants exigent la solution à leur revendications. Notamment, a-t-il fait remarquer, l’application de l’accord du 2 septembre 2017, signé entre le gouvernement de la RDC et les enseignants de l’EPSP. Il est aussi question de la paie des 143.000 enseignants de l’EPSP informatisés et dont la situation salariale n’a jamais été regularisée sans oublier le non paiement de 400 millions de Francs congolais d’arriérés des mois d’août et de septembre 2017, pour le compte du MESP.

« Après une semaine, si l’autorité gouvernementale ne fait aucun effort dans ce sens, nos allons nous concerter à la base pour consultation », a-t-il fait savoir. Pour Mulomba Tshimanga, aucune nouvelle négociation n’est envisageable, entre les enseignants et gouvernement congolais.

Par ailleurs, le secrétaire général du Synecat indique que cette grève ne perturbera, en rien, le calendrier scolaire de l’exercice scolaire 2018-2019.

Jael Moloway

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom