L’OPPOSITION EXIGE LA MISE A L’ÉCART IMMÉDIAT DE LA MACHINE A VOTER (Déclaration)

Dans une déclaration faite ce jeudi à kinshasa ,l’opposition congolaise appelle la commission électorale nationale independante à mettre à l’écart immédiatement du processus électorale la machine à voter interdit par la loi électorale en son article 237

«  le mode de vote autorisé par le législateur congolais est le bulletin à papier , le calendrier electoral prévoit du 20 septembre au 5 décembre l’impression des bulletins de vote papier. Nous exigeons à la Ceni de mettre à l’ecart la machine à voter mais aussi des éclaircissements idoïnes sur la manière dont l’appel d’offre pour l’acqiisition de ces machines interdites par la loi a été effectué  » Selon la declartion lu par le pasteur Théodore Ngoyi .

L’opposition exige en outre l’application strictes des dispositions légales pour élaguer du fichier électoral tout électeur non identifiable par ses empreintes digitales. La mise en place de la commision technique pour s’assurer des garanties transparentes dans le processus d »ompression des bulletins de vote papier, des proces procès -verbaux , des fiches des resultats de vote, du dépouillement des resultats de leur transmission et de la procclamation des résultats des élections du 23 décembre. L’opposition exige l’accès immédiat aux medias publics en particulier la RTNC de tous les candidats Président de la République et le respect des droit humains et fondamentaux.

L’opposition appelle le peuple a demeurer vigilant et à continuer d’exiger un processus electoral conforme à la loi. À la communauté Internationale , L’opposition appelle à exiger le respect des regles du jeu établies en RDC.

Dans cette déclaration l’opposition a rappelé L’éxigence de la régularité des élections droit fondamental du citoyen d’être dirigé par un président de la République, des députés et sénateurs régulièrement élus selon l’article 5 de la constitution.

11 candidats Président de la République ont signés la déclaration.

Rachel Kitsita

1 COMMENTAIRE

  1. À mon humble avis, il n’y a comme solution qu’une abstention générale et à tous les niveaux de cette mascarade d’élections. En effet, à quoi sert-il d’aller voter le 23 décembre en sachant bien, non seulement que tout est mis en œuvre pour tricher mais aussi, beaucoup plus grave, que le sang de nombreux Congolaises et Congolais coulera encore à flots suite aux manifestations qui ne manqueront certainement pas après cette tricherie bien visible. Voilà à mon avis le seul discours que devraient tenir à la population les candidat-président, les partis politiques, la société civile, les églises et les mouvements citoyens : que le 23 décembre tout le monde reste chez soi et on verra comment ces assassins du peuple vont déclarer des millions de votants pour Sa Majesté Dauphin 1er (et dernier) alors que l’on n’a vu personne aux bureaux de vote. Car ce que beaucoup ignorent encore, c’est que la Ceni ne peut plus corriger ce qu’elle a programmé dans ses « machines de la honte ». Et le mieux serait encore que les agents de la Ceni qui ont encore un semblant de dignité et d’amour du pays et de leur peuple s’octroient un jour de congé ce jour-la.

RÉPONDRE

Merci de laisser votre commentaire!
Votre nom